Articles de

Journées Européennes du Patrimoine 2020

13 Sep 2020

post-twitter-avec texte

L’église Saint Laurent de Tocqueville est ouverte à la visite tous les jours, mais à l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine, les 19 et 20 septembre, notre Association se mobilise pour valoriser cet édifice.

Nos bénévoles assureront une permanence le samedi et le dimanche de 14h à 18h avec :

– un diaporama commenté sur l’histoire de l’église et les travaux, projeté en continu, d’une durée de 20 minutes,

– l’exposition de vêtements liturgiques,

– des panneaux d’information.

Les visiteurs auront la possibilité d’adhérer à l’Association, d’effectuer des dons directement ou via la Fondation du Patrimoine, afin d’aider la commune de Tocqueville à financer les travaux de restauration de l’église.

Des livres sur la vie et l’œuvre d’Alexis de Tocqueville seront en vente.  

Entrée libre.

Fondation du Patrimoine : site du projet de l’église de Tocqueville : www.fondation-patrimoine.org/2244

Assemblée Générale 2020

19 Juil 2020

1

En raison de la situation sanitaire, notre Assemblée Générale annuelle n’a pu se tenir en avril comme initialement prévu, mais le samedi 11 juillet à la salle polyvalente de Tocqueville, en présence de Chantal Ducouret, maire de Tocqueville et membre de notre Conseil d’Administration.  Notre président Denis Onfroy après avoir souhaité la bienvenue aux participants, a rappelé les relations étroites et constructives qui ont toujours existé entre la municipalité et l’association, crée en 2009.

Après trois tranches de travaux effectués sur l’église entre 2009 et 2016 pour un montant de 150 000 euros HT, une nouvelle tranche pluriannuelle a été entreprise en 2017, d’un montant prévisionnel de 100 000 € HT, laquelle a fait l’objet d’une 4e convention avec la Fondation du Patrimoine.

La statue du Sacré-Cœur a été restaurée fin 2017 et un nouvel éclairage intérieur a été installé en 2018. La restauration du tableau classé « Le sacrifice d’Abraham » s’est terminée en janvier 2020. La restauration du maître-autel avec son retable, son grand tableau « La Résurrection » et ses statues, est en cours ainsi qu’une étude pour définir les travaux d’assainissement des murs qui seront à entreprendre par la suite.

En 2019, notre Association, forte d’une soixantaine d’adhérents, a organisé plusieurs manifestations dont la Foire aux livres et la Balade découverte. Malheureusement, le contexte exceptionnel nous conduit à annuler, cet été, ces deux manifestations devenues traditionnelles : elles seront à nouveau programmées l’an prochain. Cela amènera une baisse significative des ressources nécessaires au financement des travaux, c’est pourquoi nous comptons encore plus sur la générosité des donateurs.

Conformément aux statuts, il a été procédé au renouvellement du tiers des 12 membres du Conseil d’Administration. Les titulaires, candidats à leur succession, ont été réélus. Celui-ci a ensuite reconduit le bureau : Denis Onfroy, président ; Jean Guillaume de Tocqueville, vice-président ; Pierre Anthouard, secrétaire ; Martine Le Flamanc, trésorière ; Martine Lemoigne, trésorière adjointe ; Jean François Halley et Stéphane Le Flamanc, membres.

Vous trouverez sur ce site le Bulletin d’adhésion à l’association pour 2020 ; la cotisation annuelle reste fixée à 5€. Ce bulletin permet aussi d’effectuer un don directement à l’association, mais sans avantage fiscal.

Si vous souhaitez bénéficier de la défiscalisation, vous pouvez effectuer un don à la Fondation du Patrimoine sur le site internet dédié au projet de l’église de Tocqueville : www.fondation-patrimoine.org/2244 . Un reçu fiscal vous sera adressé.

Le sacrifice d’Abraham

2 Mar 2020

Accrochage 2020-02-06-2

Les travaux se poursuivent à l’église de Tocqueville. Après la restauration de la statue extérieure du Sacré-Cœur et l’installation d’un nouvel éclairage, le tableau classé « Le Sacrifice d’Abraham » est de retour dans l’église à la suite d’une longue cure de jouvence dans l’atelier d’Agnès Archimbaud, restauratrice de tableaux à Villedieu-les-Poêles.

Ce tableau du 17e siècle, mais dont l’auteur nous reste inconnu, est inspiré d’une gravure de Egbert van Panderen, d’après Pieter de Jode (1590-1637), gravure visible au Rijksmuseum d’Amsterdam de même qu’un plat en faïence de Delft qui représente la même scène. On ignore aussi le cheminement qui l’a amené dans l’église de Tocqueville.

Il représente un épisode de la Bible (Génèse 22) :

Dieu dit : « Prends ton fils, ton unique, celui que tu aimes, Isaac, va au pays de Moriah, et là tu l’offriras en sacrifice sur la montagne que je t’indiquerai. » (…)

Abraham y bâtit l’autel et disposa le bois ; puis il lia son fils Isaac et le mit sur l’autel, par-dessus le bois. Abraham étendit la main et saisit le couteau pour immoler son fils.

Mais l’ange du Seigneur l’appela du haut du ciel et dit : « Abraham ! Abraham ! » Il répondit : « Me voici ! » L’ange lui dit : « Ne porte pas la main sur le garçon ! Ne lui fais aucun mal ! Je sais maintenant que tu crains Dieu : tu ne m’as pas refusé ton fils, ton unique. »

Abraham leva les yeux et vit un bélier retenu par les cornes dans un buisson. Il alla prendre le bélier et l’offrit en sacrifice à la place de son fils.

Cette restauration était pilotée par la Direction Régionale des Affaires Culturelle (DRAC), qui a contribué à son financement ainsi que le Conseil Départemental de la Manche.

Plusieurs éléments suggèrent que le tableau pouvait provenir d’un retable du 17e siècle, disparu : sa relative petite taille, son thème iconographique se référant au sacrifice eucharistique, les traces de modifications de format décelées lors de sa restauration, l’absence de châssis.

A sa création, la toile était de format rectangulaire comme la gravure. A la suite d’une modification, probablement au 19e siècle, elle a été directement clouée au revers de la feuillure d’un cadre octogonal, auquel l’œuvre a été « adaptée » au détriment d’une partie importante de sa composition qui se trouve masquée.

La restauration a nécessité beaucoup d’opérations : nettoyage, consolidation des zones déchirées, comblement des manques, retouches et vernis de protection. En accord avec la DRAC, la toile a été fixée sur un châssis qui a été replacé dans le cadre, lui aussi rénové, mais qui recouvre en partie le tableau. Il sera néanmoins possible, si besoin est, en ôtant le cadre, de voir l’œuvre dans son ensemble.

Ce travail fait partie de tout un programme dont les prochaines étapes, en cours, sont la restauration du maître-autel avec son retable, son tableau « La Résurrection » et ses statues ainsi qu’une étude pour lutter contre l’humidité des murs de l’église. La commune de Tocqueville ne pourrait entreprendre tous ces travaux sans l’aide des organismes officiels, le support de la Fondation du Patrimoine, l’engagement de notre Association, et tous les généreux donateurs. Les dons effectués via la Fondation du Patrimoine donnent droit à une réduction d’impôt et peuvent être effectués directement sur le site du projet de l’église de Tocqueville  www.fondation-patrimoine.org/2244 .

Le tableau restauré
Châssis sans le cadre
Gravure à l’origine du tableau (dimensions 30 x 20 cm)
Plat de 40 cm de diamètre figurant la même scène

Les Patoisants au château

14 Oct 2019

IMG_20191013_155539

Ce dimanche 13 octobre, le château de Tocqueville accueillait les « Patoisants du Val de Saire » pour un spectacle de chants normands et de contes en patois. Cette manifestation que nous organisons pour la sixième fois, a rassemblé une cinquantaine de personnes ravies d’être accueillies dans le domaine cher à notre illustre écrivain et homme politique.

Les Patoisants ont animé avec entrain cette après-midi qui s’est déroulée dans une dépendance du château, transformée pour l’occasion en salle de spectacle. Ce groupe, bien connu dans la région, se donne comme objectif de ne pas laisser mourir un patrimoine précieux : le Patois du Val de Saire, un vieux langage, de vieilles chansons et histoires, qui contiennent beaucoup de psychologie, infiniment d’esprit et une ironie bien normande !

La séance de plus de deux heures était entrecoupée d’un entracte, au cours duquel les bénévoles de l’association ont proposé boissons gratuites et vente de pâtisseries faites maison.

Denis Onfroy, notre président, a remercié le groupe des Patoisants, les bénévoles, ainsi que Stéphanie et Jean Guillaume de Tocqueville pour la mise à disposition des lieux. Il a excusé Chantal Ducouret, maire de Tocqueville, et salué la présence de Michel Leclerc, ancien maire qui initia le programme de travaux de restauration de l’église.

Les Patoisants eurent le dernier mot avec le traditionnel hymne du Cotentin « Su la mé », réclamé par l’assistance, suivi d’un appel aux bénévoles à rejoindre leur groupe : « Nous avons en particulier besoin de remplacer Marianne, notre expérimentée chef de chœur, qui nous a quittés en mai dernier, et dont nous espérons avoir été dignes » a conclu René Bedel, un des piliers des Patoisants.

 

 

Une balade sous le soleil

30 Juil 2019

19

Ce samedi 27 juillet a eu lieu la dixième édition de la balade découverte « Dans les pas d’Alexis de Tocqueville » que nous organisons chaque année. Les conditions climatiques étaient idéales et cinquante randonneurs se sont rassemblés dans l’allée du château de Tocqueville pour un parcours de 7km autour du village.

Avant de revivre la balade avec les clichés de Jean-François, notre photographe, notons la prochaine manifestation organisée par « Châteaux et Manoirs en scène » pour le compte de notre association. Il s’agit d’une pièce de théâtre « Le destin de Pierre », pièce en alexandrins d’Hippolyte Wouters, qui sera jouée le dimanche 11 août à 17h 30 dans les dépendances du château. Entrée : 12€/personne.

Réservation : 06.12.96.86.39 ou chateauxetmanoirsenscene@laposte.net .

La balade en images …

Prêtes pour les inscriptions
Et c’est parti !
Une jeune randonneuse très intéressée
Dans les « caches » de Tocqueville
A l’entrée du parc du château de Gouberville : où est Gilles de Gouberville ?
La gare de Tocqueville attend désespérément le passage du « Tue-Vaques » 
En route vers la Laiterie
L’histoire de la Laiterie, créée en 1909, est passionnante !
Les sentiers sont parfois étroits vers le Moulin de Bas
Devant l’ancienne boulangerie du Moulin
Dans les jardins du Moulin de Bas
Une pause à « La Ferme »
Et c’est reparti …
Arrivée devant l’église et son clocher exhaussé à la fin du 19e siècle
Alexis de Tocqueville a tenu à être inhumé dans le cimetière de son village
L’église : son histoire, les travaux et la vie de notre association
Retour au château et son magnifique parc conçu par Alexis et son épouse Mary
Au fond, le colombier décapité lors de la Révolution …
Et pour clore cette belle journée : un goûter bien mérité !