Les travaux

L’église de Tocqueville était en mauvais état et avait besoin d’une importante restauration, comme l’expliquait très bien Michel Leclerc, maire de Tocqueville, lors d’une interview accordée au journal Ouest-France en juillet 2010 :

« C’est le plus gros budget de dépense de la commune et si nous avons pu commencer ces travaux, c’est que nous avons fait des économies pendant deux mandats. Pour l’heure, le principal est que notre église soit mise hors d’eau.

En 2009 et 2010, nous avons investi 65 000 € pour la réfection de la toiture et 14 000 € pour la restauration de plusieurs vitraux dans le choeur et des meneaux. Nous avons également dépensé 40 000 € pour la couverture du clocher, le remplacement du paratonnerre et des abat-sons. »

 Plusieurs tranches de travaux :

Sur la période 2009-2016, trois tranches de travaux ont été réalisés, chacune faisant l’objet d’une convention avec la Fondation du Patrimoine pour aider à leur financement. D’un montant total de 150 000 € HT, ces travaux ont porté sur :

  • la réfection complète de la toiture de l’église (2009) et du clocher (2010)
  • la rénovation des 16 vitraux et des meneaux (entre 2010 et 2014)
  • le remplacement des abat-sons du clocher (2010)
  • la mise en sécurité du clocher (2011)
  • la réfection des enduits intérieurs dégradés par l’humidité dans le chœur et les chapelles : réalisation d’enduits et de joints (2015-2016).

Travaux en cours :

Une nouvelle tranche a démarré en 2017, qui a fait l’objet d’une quatrième convention avec la Fondation du Patrimoine. Ont déjà été effectués :

  • la peinture de la statue extérieure du Sacré-Cœur, en décembre 2017,
  • l’installation d’un éclairage intérieur indirect à Led pour mise en valeur de l’édifice, en particulier des chapelles, en avril 2018

La restauration du tableau Le sacrifice d’Abraham, classé Monument Historique est en cours.

Il restera à entreprendre :

  • la rénovation du retable du maitre-autel, de ses statues et de son tableau La résurrection, inscrits à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques,
  • la réparation des fenêtres à lancette du XIIIe siècle visibles dans la sacristie
  • la poursuite de la lutte contre l’humidité au niveau des murs de la façade sud.

Travaux réalisés par des bénévoles

L’association fait aussi appel à des bénévoles pour réaliser divers travaux, notamment sur le mobilier.

Cela a été en particulier le cas pour les stalles du chœur abimées par l’humidité, le lutrin, des stations du Chemin de Croix, le couvercle des fonts-baptismaux.

En 2015, l’association a financé le remplacement des chaises de la nef.